Jacques Rey

Notre confrère, ami et membre de l'école JACQUES REY nous a quittés mardi 25 octobre 2022

 

L'hommage de Didier Grandgeorge, de ses collègues et membres de l'école Hahnemannienne d'homœopathie de Frèjus

 

 

Mon cher JACQUES
Tu viens de nous laisser à la suite d’une maladie implacable contre laquelle tu luttais courageusement et discrètement : le monde de l’homéopathie est en deuil, perdant un de ses plus brillants médecins, à la renommée locale, régionale et internationale.

Nous nous sommes connus il y a plus de quarante ans et s’installant toi à SAINT RAPHAËL, moi sur FREJUS  au printemps 1980 ; On s’est tout de suite entendus pour organiser des gardes et se remplacer mutuellement pour nos congés. On était de jeunes pédiatres dynamiques pères de trois enfants.


L’homéopathie dont on découvrait l’étonnante efficacité en pédiatrie nous passionnait. Tu as vite séduit une nombreuse patientèle avec ton écoute bienveillante et cette médecine économique, écologique et non violente. Curieux, tu analysais les histoires de familles pour aller chercher le mal à sa racine et ne pas rester dans la superficie symptomatique. Il y avait d’ailleurs une vieille tradition homéopathique à SAINT RAPHAËL qui s’était développée en 1870 sous l’impulsion d’homéopathes parisiens dont le célèbre DR ALEXANDRE CHARGE qui soignait les maladies respiratoires à VALESCURE.


Rapidement l’idée de partager notre expérience avec des confrères nous poussa à créer ECOLE HAHNEMANNIENNE DE FREJUS SAINT RAPHAËL groupe de travail qui nous réunissait tous les 15 jours pour étudier « l’esprit du remède homéopathique ».Cette médecine nous permettait d’aborder les tréfonds de l’âme humaine et on s’enrichissait des apports de la psychanalyse : FREUD JUNG DOLTO ET LES AUTRES !


Par la suite on contribua à créer le GROUPEMENT DES PEDIATRES HOMEOPATHES D’EXPRESSION FRANCAISE qui se réuni toujours une fois par an pour des échanges fructueux avec des confrères de toute la FRANCE, de SUISSE, de BELGIQUE, de ROUMANIE d’ITALIE d’ESPAGNE de RUSSIE……


Puis en 1986 organisation du DIPLOME UNIVERSITAIRE D’HOMEOPATHIE à la faculté de MEDECINE ET PHARMACIE de MARSEILLE sous la houlette des       PRS DELBOIS puis FRANCES.


On prit notre bâton de pèlerin pour aller enseigner dans de nombreux pays comme par exemple le CANADA, le MAROC ; ce furent des voyages pleins d’aventures et de fous rires comme cette virée en TRANSILVANIE avec ton fils LAURENT,
Un soir trouvant l’auberge de DRACULA trop lugubre pour y passer la nuit on se réfugie en pleine nuit dans un monastère orthodoxe. On était épuisés mais les moines voulaient absolument nous offrir un repas avant d’aller dormir. On se retrouve dans une grande salle à manger dont tu occupais le centre de la table, tournant le dos à un magnifique portrait du roi MICKAËL DE DACIE. Eclats de rire : le roi te ressemblait comme deux gouttes d’eau !


C’était une époque pleine de bonheur et de créativité. Tu nous régalais d’observations de dessins d’enfants commentés sous l’angle homéopathique bien sûr ! Tu avais toujours des avis tranchés sur les régimes (pas de lait de vache malheureux !) et sur l’éducation ce qui t’amena, en plus du travail énorme de la pédiatrie à prendre la tête d’actions sociales dans les quartiers moins favorisés de nos villes. Ton énergie était sans limite !


Je me souviens de réunions dans ta campagne familiale de GONFARON ou, sous le champ des cigales on travaillait à l’ombre des oliviers. Jovial, bon vivant tu nous commentais des vins du coin avant d’entamer de bons havanes. Tu étais le premier à monter sur scène pour un spectacle de danse ou de théâtre pour agrémenter nos réunions.


Nous n’avions hélas pas que des amis et je nous revois sur la route de TOULON défendre notre point de vue auprès du conseil de l’ordre des médecins...
Le temps a passé…..Plus récemment les choses se sont hélas dégradées: haro international sur l’homéopathie, multiplication des obligations chez les nourrissons….puis inquiétudes pour la santé de ton épouse ANNIE, l’amour de ta vie que tu soignais avec un  dévouement sans limite.


Mais tu as tenu la barre jusqu’au bout dans ces tempêtes, travaillant jusqu’aux derniers jours précédents ton hospitalisation, sachant tout le bien que tu apportais à ces enfants.

A la question « comment ça vas ? » tu répondais  « je VIS ».Je t’ai vu trouver petit à petit une sérénité quasi bouddhique avec tes yeux malicieux, rieurs, bienveillants.

 

Ces dernières années on répétait la pièce « bonté divine «  de FREDERIC LENOIR; Tu y jouais le bonze. Y étaient évoquées les BODISATVAS,  grandes âmes qui ont atteint l’EVEIL mais qui reviennent sur terre pour aider les autres.


Jacques, je te verrais bien être dans ce cas et il faudra surveiller si un petit bouchon se pointe bientôt sur terre avec l’œil rieur et se fait des moustaches avec son chocolat au petit déjeuner !


Merci mon ami pour tous ces bons moments partagés, et chapeau bas pour ta vision humaniste de la médecine, pour ton esprit intègre, honnête, artiste.


Mes dernières pensées pour tes trois enfants, MAGALIE qui nous aide à naitre, AMANDINE qui nous cultive  et LAURENT qui nous régale ! Et tes cinq petits-enfants NICOLAS, MANON, CLEMENTINE, ARMAND et MALO qui sont dans la peine d’avoir perdu leur papi !


ADIEU mon ami

 

Didier GRANDGEORGE
Lundi 31 octobre 2022