Pathologie

La rubéole est une des principales maladies infantiles qui réalise, après une incubation de 15 jours deux ou trois jours de fièvre modérée avec des adénopathies dans la nuque, puis une éruption faite de petites macules disséminées de la tête aux pieds pendant trois à cinq jours.

 

D’origine virale elle est bénigne sauf chez la femme enceinte dans les cinq premiers mois de grossesse où elle peut entrainer de graves lésions foetales. Un vaccin existe mais il est peu efficace et j’ai vu plusieurs femmes vaccinées se retrouver enceinte séronégative pour la rubéole. Le mieux est de faire une rubéole en bas âge car l’immunité est alors définitive.

 

Il faut savoir qu’après une rubéole peut s’installer un terrain rhumatismal chronique.

Prevention

Après un contage on peut proposer une prise du nosode RUBEOLINUM 15CH(OU 30DH) ou à défaut MMR 15 CH.

Traitement

 

  • PULSATILLA 7CH (ou 14DH)
    est le principal remède : enfant pleurnicheur, réchauffé, accroché à sa maman et son nounours, absence de soif. « je ne veux pas quitter ma maman ! »
  • SULFUR 7CH (ou 14DH) :
    enfant gai, réchauffé, joueur, relax, volontiers sale et négligé. Soif importante. « je sais tout, je n’ai besoin de personne ! »

 

 

Complications rhumatismales

 

En plus du Nosode RUBEOLINUM le remède sera souvent HURA BRASILIENSIS 7CH à 30CH (14DH à 60DH).

Ce remède correspond à l’angoisse liée à la mort de l’enfant : histoire de mort d’enfant dans la famille , fausses couches, interruptions volontaires de grossesse. Ce remède est fait de latex, substance présente dans les articulations.

 

Dans sa pathogénésie brésilienne, BENOIT MURE relève des rêves d’enfant morts...